Voir les photos (3)

Parcours de la citadelle

Loisirs culturels, Sports pédestres, Parcours / sentier thématique à Entrevaux
1.8 km
Aller / Retour
  • Au XVIème siècle, la France est en guerre contre l'Europe, l'évolution de l'artillerie et le siège des troupes de Charles Quint en 1536 ont montré l'insuffisance des anciennes fortifications médiévales d'Entrevaux.

  • Louis XIV confie à Vauban la réalisation d'une ligne fortifiée dont Entrevaux fait partie, verrouillant ainsi l'accès à la moyenne Provence.
    L'accès
    Le chemin de communication da la ville au château dont les 9 rampes en zig-zag sabrent le rocher d'Entrevaux de façon si caractéristique, fut construit sur l'ordre de Vauban à partir de 1693. Avant son intervention, on ne pouvait accéder à la Citadelle qu'en sortant de la ville, par la montagne ce qui rendait toute communication impossible...
    Louis XIV confie à Vauban la réalisation d'une ligne fortifiée dont Entrevaux fait partie, verrouillant ainsi l'accès à la moyenne Provence.
    L'accès
    Le chemin de communication da la ville au château dont les 9 rampes en zig-zag sabrent le rocher d'Entrevaux de façon si caractéristique, fut construit sur l'ordre de Vauban à partir de 1693. Avant son intervention, on ne pouvait accéder à la Citadelle qu'en sortant de la ville, par la montagne ce qui rendait toute communication impossible pour les hommes et les bêtes en cas de siège.

    La poudrière (à gauche après l'accès)
    Aujourd'hui transformée en un musée retraçant l'histoire « militaire » d'Entrevaux, ses 58m2 pouvaient contenir autrefois 9 000 kg de poudre. C'est beaucoup trop pour la place d'Entrevaux et extrêmement dangereux.

    Le Chemin
    Le chemin commence devant la poudrière, la 2ème et la 3ème rampes communiquent aux 2 « fortins » baptisés Fort Langrune et Fort Pandol, du nom de leur bâtisseur. La « grande rampe » et les rames suivantes offrent de très belles vues plongeantes sur le territoire d'Entrevaux. À l'issue de la dernière rampe, l'entrée du château est gardée par une petite redoute avec un pont-levis à flèche datant de 1693.

    En arrivant à droite, on trouve des mitards construits lors de la Première Guerre, destinés au prisonniers récalcitrants des compagnies disciplinaires de 1917 à 1922.

    La porte de secours (à l'arrière), avec son corps de garde, communique avec la campagne par un pont-levis et un pont dormant jeté sur un fossé impressionnant. Celle-ci a été également créé par Vauban, la cité médiévale ne possédant qu'une entrée accessible par une échelle !

    Un accès souterrain creusé sous la citadelle permet de relier 2 côtés et pouvait protéger la garnison en cas de bombardement.

    A gauche de la dernière rampe, on monte vers l'entrée du château. Celui-ci comprend 3 corps de casernes, une boulangerie et la maison du commandant, appelé aussi donjon car situé au plus haut. De grandes caves et 3 citernes donnaient au château une capacité de résistance de plusieurs mois en cas de siège.

    L'ensemble se trouve aujourd'hui sensiblement dans l'état où Vauban le découvrit vers 1700, les grandes transformations qu'il envisagea n'ayant jamais été réalisées.
  • Période en clair
    Toute l'année.
  • Langues parlées
    • Français
  • Documentation
    Les fichiers GPX / KML vous permettent d'exporter le tracé de votre randonnée sur votre GPS (ou autre outil de navigation)
Sur place